Littérature Erotique

D'Apollinaire à Esparbec, redécouvrez un genre qui s'assume pleinement. 
  • Une ville. Une mission. Un client.
    Rejoindre la prestigieuse agence d´escort girls de luxe Zurich International Sexcort ? Après tout, pourquoi pas ? Depuis son divorce, Katia Maslov voit son niveau de vie baisser et il est hors de question pour cette beauté slave de sacrifier à son confort. Et si elle joignait l´utile à l´agréable en mettant ses charmes et son goût insatiable pour le sexe au service de son compte en banque ?
    A propos de l´auteur Dans la vie mouvementée de Gilles Milo-Vacéri, ponctuée d´aventures, de voyages et de rencontres singulières, l´écriture fait figure de fil rouge. C´est dans les mots que Gilles trouve son équilibre, et ce depuis toujours : ayant commencé à écrire très tôt, il a exploré tous les genres - des poèmes aux romans, en passant par le fantastique et l´érotisme - et il ne se plaît jamais tant que lorsqu´il peut partager sa passion pour l´écriture avec le plus grand nombre.

  • Certaines critiques qualifient ce livre d'érotique et disent : «Il fallait bien l'humour raffiné d'un Apollinaire pour raconter cette histoire démesurément obscène tout au long de laquelle se succèdent les scènes les plus énormes de pédérastie, de saphisme, de vampirisme ou de scatomanie...» D'autres, dont l'auteur de ces lignes, pensent que ce roman est l'incarnation de la pornographie et de la violence dans ce qu'elles ont de plus vil, de plus répugnant. Le sadisme règne en maître et l'écoeurement ne peut que gagner le lecteur, même très averti.
    Édition Ebooks libres et gratuits

  • "Comment s'y prendre pour rendre au sexe le goût de l'interdit ? Nous en sommes au sexe plateau télé, au porno pantoufle (ou mules à pompons), aux parties carrées du week-end, aux clubs de fessées, aux cours de bondage par correspondance, etc. Banalisation du plaisir ; voyeurisme généralisé : chacun, pour être " branché ", s'applique à singer les clichés de la mode du cul (piercing, SM, tatouages, implants, etc.) et perd de vue l'essentiel : l'attrait du fruit défendu.
    Comment retrouver les plaisirs de la transgression, il n'y a plus qu'à se servir au rayon du self-sex pasteurisé ? Aux affres de la séduction et des travaux d'approche ont succédé des rapports de fournisseur à client : sex-shops, cassettes pornos, clubs d'échangisme, etc. Nous entrons dans une ère de commercialisation générale du cul, accompagné d'un discours " déculpabilisant " centré sur la notion de " plaisir ". Le sexe a été transformé en marchandise ou, pour citer Adorno et Debord : en spectacle. L'image (la mode) a remplacé la chose.
    Depuis que la baise est devenue une gymnastique en salle - bio-sex-tonic - le problème, pour les vrais vicelards, est d'échapper à cette morne consommation banalisée par les médias pour retrouver le " péché de chair ".
    Pour vous donner une idée de ce que pourrait être ce " péché de chair " avec un peu d'imagination, j'ai réuni dans ce fascicule trois récits que m'ont fait des lectrices. Je vous laisse les déguster." Esparbec Inédit

empty