Amber James

  • Quand la captivité est plus douce que la liberté. Quand la tentation est plus forte que la vengeance. Quand le désir est plus puissant que la raison.
    La jolie Leah a accepté le pacte de Julian Storm. Seulement, la jeune artiste est plus troublée que jamais par le charme et le magnétisme de son ravisseur qui se révèle aussi attentionné que séduisant. Captive consentante, elle n´en est pas moins décidée à détester celui qu´elle croit responsable de tous ses malheurs... Si seulement le magnifique milliardaire ne faisait pas tout pour la satisfaire ! Leah résistera-t-elle longtemps à la passion qu´il provoque en elle ?
    Retrouvez dans ce deuxième volume les héros de La captive possédée par un milliardaire, la saga à succès d´Amber James.
    La captive possédée par un milliardaire, volume 2 sur 3 Cette édition est complète et non censurée, il n´y a pas de scènes coupées.
    Amber James est née en 1983 à Melbourne, en Australie. Elle grandit parmi les surfeurs et les plus belles vagues du monde mais cette romantique dans l´âme se destine dès l´adolescence à la littérature. Très vite elle suit des études de lettres modernes et devient enseignante tout en continuant d´écrire de courts récits. C´est lors d´un voyage en Californie qu´elle rencontre son futur mari, originaire de Beverly Hills, à qui elle montre pour la première fois ses histoires. Quittant définitivement son Australie natale, elle s´installe avec lui et, encouragée par son enthousiasme et son soutien sans faille, elle décide de se lancer dans l´écriture de son premier roman La captive possédée par un milliardaire, publié aux Éditions Addictives.

  • Après des retrouvailles mouvementées, Liam et Celia peuvent enfin savourer leur bonheur d'être ensemble. La vie a encore tant de choses à leur offrir ! Entre le retour de sa meilleure amie, une nouvelle carrière qui s'annonce et les jeux si sexy dans lesquels son amant l'entraîne, Celia a tout pour être heureuse. Ne reste plus que la question du contrat à régler... Que va-t-elle décider ?

  • La colère peut s´effacer. Les secrets se déterrer. Les personnalités se dévoiler. Parfois la magie d´un soleil couchant sur la vallée de San Fernando peut laisser espérer une dernière chance et un cadeau inespéré.
    La lumineuse captive et le fascinant milliardaire seront-ils capables d'aller au-delà des barrières qui s'était dressées entre eux ? Et si un dernier mensonge venait tout bouleverser ?
    Qui de Leah Windfield ou de Julian Storm aura le dernier mot ? Et quelle sera l´issue de ce face à face passionnel ? Vous le découvrirez au fil des chapitres du dernier épisode de la saga d'Amber James.
    Amber James est née en 1983 à Melbourne, en Australie. Cette romantique dans l´âme se destine dès l´adolescence à la littérature. Elle suit des études de lettres modernes et devient enseignante tout en continuant d´écrire de courts récits. C´est lors d´un voyage en Californie qu´elle rencontre son futur mari, originaire de Beverly Hills, à qui elle montre pour la première fois ses histoires. Quittant son Australie natale, elle s´installe avec lui et, encouragée par son enthousiasme et son soutien sans faille, décide de se lancer dans l´écriture de son premier roman, La captive possédée par un milliardaire, publié aux Éditions Addictives.

    La captive possédée par un milliardaire, volume 3 sur 3.
    Cette édition est complète et non censurée, il n´y a pas de scènes coupées.

  • Il est beau, sensuel, amoureux... et dominateur ! Laissez-vous charmer par ces quatre histoires d'amour et découvrez une autre façon de lui dire je t'aime...
    À découvrir aux éditions Addictives, ce coffret contient le volume 1 des séries :
    - Contrat avec un milliardaire de Phoebe P. Campbell - Ordonne-moi de Chloe Wilkox - Possédée de Lisa Swann - Contrôle-moi d'Amber James Les histoires contenues dans ce coffret peuvent être lues indépendamment.

  • Swan a tout prévu : le chauffeur, les vêtements, le lieu du séjour. Mais Celia, sur le chemin qui la mène dans les Hamptons, ne cesse de repenser à la lettre d'amour très spéciale qu'il veut lui faire signer. « Tu es à moi, je suis à toi... » Que signifient vraiment ces mots ? Doit-elle se sentir en danger ? Pourquoi alors n'a-t-elle qu'une seule envie : le revoir au plus vite et obéir à tout ce qu'il lui demandera de faire ? La jolie danseuse est bien décidée à savoir qui est vraiment ce mystérieux client. Quitte à devoir lui faire tomber son masque...
    Contrôle-moi, d'Amber James, volume 2/3

  • Strip tease, danse et séduction : la trilogie la plus sensuelle de l'année !
    *** Je m´appelle Celia Campbell et ma vie ne fait que commencer.
    Depuis une semaine, ma patronne, Amanda Fielding, me prépare à mon nouveau métier.
    Et dans quelques heures, je vais connaître mon baptême du feu.
    Seule face au public, livrée à des hommes et des femmes qui n´auront d´yeux que pour moi, je vais enfin pouvoir faire ce que j´aime par-dessus tout : danser.
    Je sais ce que vous pensez. Vous m´imaginez en tutu, jolie petit rat de l´opéra, ou peut-être en héroïne de comédie musicale.
    Détrompez-vous.
    Oui, je danse, mais loin des projecteurs. C´est dans l´ambiance tamisée du Blue Butterfly, un club de strip tease, que je peux enfin vivre ma passion et c´est bien là l´essentiel.
    Celia est une jeune femme de 21 ans à qui la vie semble enfin sourire : elle qui rêvait depuis toujours de faire de la danse son métier, c'est aujourd'hui devenu une réalité. Mais lorsqu´un homme mystérieux qui se fait appeler Swan lui demande un strip tease personnel à son domicile, ses convictions vacillent. Est-elle vraiment prête à danser pour cet admirateur au charme dévastateur ? Les avertissements des autres strip teaseuses ne sont-ils que jalousie ou réelle sollicitude ? Danser et danger riment étrangement aux oreilles de Celia. Mais la jeune femme peut-elle réellement résister à l´attraction magnétique de Swan ?
    *** Amber James a une imagination sans limites ! Inspirée par ses voyages, le cinéma ou tout simplement le monde qui l'entoure, elle sait mêler avec brio histoires d'amour, d'amitié et secrets de famille, pour rendre ses récits captivants tout en étant réalistes. Après son premier roman, Captive. Possédée par un milliardaire, elle revient aujourd'hui avec la trilogie Contrôle-moi, publié aux éditions Addictives.
    Cette édition est complète et non censurée, il n´y a pas de scènes coupées.

  • En cette fin d´après-midi de mon quatrième jour à Yesterday, je me tiens debout sur le pont du gigantesque voilier d´Isaac Shine. Il me regarde, torse nu, ses longs cheveux noirs de jais brillant au soleil, effarant de beauté dans son jean déchiré. Son sourire désolé est presque timide alors que j´aimerais l´entendre rire. Nous sommes si proches qu´il suffirait de se pencher l´un vers l´autre pour que nos lèvres se rencontrent. Je ne comprends pas son attitude étrange. La seule chose qui me rassure est qu´Isaac m´a promis que cela n´avait rien à voir avec notre nuit d´amour. Et je suis soulagée parce que j´avais tellement peur qu´il... regrette.
    Mais pourquoi hésite-t-il tant à poursuivre ce qu´il a commencé à me dire ? Je le sens déchiré, à la fois désireux de me confier un secret et soucieux de tout ce que cela pourrait impliquer...
    Après être tombée amoureuse d´Isaac et avoir découvert que son bel amant était un vampire, Lily ne pensait pas qu´il pouvait lui arriver de choses plus surprenantes ! Mais Isaac va très vite la détromper car bien des mystères entourent encore la famille Shine...
    Bloody Lily - Sous l'emprise du vampire Vol. 2 sur 12.

  • Une romance érotique pleine d´intensité et d´humour.
    Un séduisant businessman. Une jeune peintre qui veut se venger. Une proposition qui va tout faire basculer. Un jeu de pouvoir torride.
    Leah, jeune artiste, décide sur un coup de tête de saisir l´occasion qui s´offre à elle de se venger de Julian Storm. L´homme responsable de tous ses malheurs, le riche businessman sans pitié... Mais rien ne se déroule comme prévu et la jeune femme doit se rendre à l´évidence : derrière l´homme d´affaires qui la retient captive se cache le plus envoûtant des milliardaires. Malgré elle, Leah n´est pas insensible au charme du séduisant Julian Storm et parfois, la colère cache bien mal la tentation...
    Découvrez vite La captive possédée par un milliardaire, une saga en version intégrale de l´auteure à succès Amber James.

    *** Version intégrale de la série La captive - possédée par un milliardaire.
    Vous trouverez réunis les volumes 1 à 3 de la série.

  • Il est beau, sensuel, amoureux... et dominateur ! Laissez-vous charmer par ces quatre histoires d'amour et découvrez une autre façon de lui dire je t'aime...
    À découvrir aux éditions Addictives, ce coffret contient le volume 1 des séries :
    - Oui, je le veux ! de Phoebe P. Campbell - Bliss - Le faux journal d'une vraie romantique de Emma Green - Dark Fever de Lisa Swann - Bloody Lily - Sous l'emprise du vampire d'Amber James Les histoires contenues dans ce coffret peuvent être lues indépendamment.

  • Extrait

    Il est plus de minuit, je peux presque sentir les ondes du téléphone portable collé à mon oreille, mon corps n’est que frissons, mon cœur bat la chamade et je ne suis pas certaine d’avoir saisi la teneur des propos tenus par Wilma Astair.
    – Qu’est-ce… qu’est-ce que tu viens de dire, Wilma ?
    – Je crois savoir qui est ton vrai père, répète-t-elle.
    Je serre le smartphone dans ma main, m’efforce de contrôler le trouble qui s’empare de moi. Je passe le doigt sur le bout de papier que Wilma a dû glisser dans la poche de mon blouson quand nous nous sommes croisées à la fac. Les lettres arrondies tracées par la jeune femme dansent devant mes yeux :
    Je sais des choses que je ne peux dire qu’à toi…
    C’est à cause de ce message mystérieux que, malgré l’heure tardive, je n’ai pas hésité à composer le numéro indiqué à sa suite. À présent, j’ai peur de ne pas arriver à m’exprimer, les mots sont bloqués dans ma gorge, je suis à la fois effrayée par la situation et follement désireuse d’écouter Wilma me parler de mon… père biologique. Comment peut-elle détenir des informations sur cette personne que je n’ai moi-même jamais connue ? Des enceintes de mon ordinateur, la voix de Kurt Cobain fredonne le refrain de About A Girl, j’inspire de l’air, puis expire, avant de lâcher d’une voix étranglée :
    – Raconte-moi, je n’y comprends rien.
    Un court silence s’ensuit, qui me semble néanmoins interminable, et durant lequel j’entends le bourdonnement obsédant du flux sanguin pulsant dans mes tympans.
    Wilma s’éclaircit enfin la voix :
    – J’imagine que c’est difficile à croire, Lily, mais ton père est un vampire mythique nommé Toby Litell.
    Autour de moi, le temps se fige. Ces paroles prononcées d’une voix naturelle par mon énigmatique interlocutrice ont sur moi un effet paralysant. Moi, Lily Cooper, je serais la fille d’un… vampire. J’ai l’impression d’étouffer, c’est impossible !
    Inimaginable !
    Wilma se trompe certainement de personne. Ou alors elle est complètement… folle.
    – Lily ? Tu es toujours là ?
    – Arrête de te moquer de moi, répliqué-je sur un ton hésitant. Je ne sais pas ce que tu cherches mais…
    – Je ne me moque pas de toi, coupe-t-elle gentiment. Et je ne cherche rien. Je veux juste t’aider. Tu comprends ?
    Je n’en peux plus de comprendre, là, c’est trop !
    – Alors disons qu’il doit y avoir une erreur, c’est insensé, je…
    Je m’interromps, brusquement très mal à l’aise. Wilma a l’air vraiment sérieuse et je ne sais plus quoi dire. J’ai envie de me boucher les oreilles, de disparaître sous terre, de m’endormir et de me réveiller longtemps après… À la fin du cauchemar !
    – Crois-moi, Lily, je n’invente rien. Ton père a disparu le jour de ta naissance, il y a vingt-cinq ans…
    Je suis bouleversée. Comment Wilma peut-elle être au fait de telles choses sur moi ? Et si c’est vrai, suis-je humaine ? Ou est-ce que cela fait de moi un monstre ?
    Le portable toujours plaqué à l’oreille, je me dirige vers la salle de bains pour m’observer dans le miroir. J’inspecte mes yeux, mes dents… tout est normal. Pas de regard lumineux, pas de crocs, c’est rassurant.
    – Et ma mère alors, qui est-elle ?
    Un nouveau silence s’installe entre nous, comme si Wilma hésitait à me répondre. Depuis le début de notre conversation, je peux sentir qu’elle cherche à m’épargner dans sa façon de présenter les choses. Et c’est bien ce qui m’inquiète. Je suis quasiment certaine qu’elle n’est pas du genre à faire ce type de blagues. Elle prend même la peine de m’annoncer chaque info au compte-gouttes, comme pour me laisser le temps de digérer l’impensable.
    – Je suis désolée, répond-elle, mais ta mère est morte en te mettant au monde.
    Je ferme les yeux. C’est un petit coup de poignard dans mes entrailles, comme une douleur inattendue. Je ne devrais pas en être si affectée puisque j’ai tiré un trait sur mes parents biologiques. Mes parents adoptifs m’ont aimée et m’aiment toujours comme leur propre fille. Or je ressens malgré tout un inattendu et immense vide en moi. La femme qui m’a mise au monde, c’était quand même ma première maman ! Elle n’a pas eu le temps de l’être. Et je ne peux même plus lui en vouloir de m’avoir abandonnée puisque tel n’est pas le cas.
    – Mais comment… enfin comment sais-tu tout cela ? dis-je d’une voix étranglée.
    Les questions se bousculent dans ma tête, je ne sais plus par où commencer.



  • Extrait

    Je reprends connaissance, remonte lentement à la surface, la douleur s’est estompée. Mon front me fait un peu souffrir, il a dû cogner sur le parquet quand je me suis évanouie avec l’impression de mourir. Mais je suis là, je vis toujours. Dans ma tête résonne encore l’écho de la dernière pensée qui m’a caressée, juste avant de perdre connaissance.
    Je t’aime, Isaac…
    Ce sont les mots d’amour que j’aurais voulu dire au vampire magnifique qui me chavire corps et âme. J’ai tout gâché, je l’ai déçu, il n’est plus là !
    Je suis seule, le visage mouillé de mes larmes, dans la luxueuse maison qu’il vient de m’offrir.
    Ce lieu magique où je rêve de vivre avec lui…
    /> Je me redresse et je regarde autour de moi. Je me tiens à genoux sur le parquet de ma chambre, vêtue de la chemise d’Isaac. Elle est imprégnée de son odeur et c’est tout ce qu’il me reste de lui. C’est ma faute ! Je suis brusquement entrée en panique après une nouvelle crise oculaire et j’ai osé proposer l’impensable à Isaac : fuir ! Qu’est-ce qu’il m’a pris ? Isaac Shine n’est pas de ceux qui baissent les bras. Et moi non plus d’ailleurs, mais j’étais tellement perdue, écrasée d’incertitude face à l’avenir. Et puis il y a eu la goutte d’eau qui fait déborder le vase : un message d’Ephrem sur mon portable ! Isaac m’a souhaité d’être heureuse avec lui et puis il est parti.
    Tu sais bien que c’est avec toi que je veux être heureuse, Isaac, pas avec ton frère.
    J’essuie mes larmes, je me relève. Dans le salon, Bruno Mars a pris la relève de Whitney Houston. Après I Will Always Love You, c’est au tour de When I Was Your Man. Parfois la musique est cruelle. De simples paroles sur une belle mélodie font rejaillir les souvenirs, chaque accord est un couteau remué dans la plaie. Qu’y a-t-il de plus stupide que d’écouter des chansons d’amour après une rupture ?
    Je t’aime, Isaac…
    Pourquoi diable ne l’ai-je pas dit, comme lui me l’a si merveilleusement avoué alors que nous venions de faire l’amour ? Pourquoi je n’y arrive pas ? Je regarde l’heure, il me reste à peine vingt minutes pour me préparer et arriver à temps en cours. Je réalise alors que je n’ai aucun moyen de m’y rendre. La veille, Isaac est passé me prendre au studio pour me conduire jusqu’ici à bord de la mythique Aston Martin de James Bond. Je vais récupérer mon portable sur la table de nuit pour essayer de joindre Lukas et lui demander s’il pourrait venir me chercher, quand je constate qu’Isaac m’a envoyé un texto. Le cœur battant, je l’ouvre.
    [Il y a une voiture pour toi dans le garage de la maison, les clés sont sur le contact. C’était une surprise, mais bon, passons. Isaac.]
    Je devrais être heureuse, c’est encore un cadeau, mais ni lui ni moi n’avions prévu que je le recevrais dans ces conditions. Il voulait certainement m’en faire la surprise après le petit déjeuner. Et puis notre dispute a bouleversé la donne. Plutôt qu’une voiture dans un garage, j’aurais mille fois préféré « Je viens te chercher, tu me manques ». Mais là, je rêve. Isaac est fier et je ne peux pas lui en vouloir d’avoir réagi ainsi. Si son message est aussi bref que froid, j’en porte l’entière responsabilité, je l’ai poussé à bout.
    [Merci, Isaac. Je suis désolée pour tout à l’heure, je m’en veux tellement. Je ne sais plus où j’en suis, c’est tout. Me pardonneras-tu un jour ? Je t’embrasse…]
    J’attends pour la forme une réponse qui, je le pressens, ne viendra pas. Je passe en vitesse sous la douche, m’habille en choisissant des dessous, un jean et un chemisier de soie parmi les vêtements qu’Isaac a pensé à installer dans le dressing ! Je me fais la réflexion qu’il a dû retourner dans cette boutique où il avait acheté la magnifique robe en soie pourpre.
    Jamais un amoureux n’a fait preuve de tant de prévenance à mon égard…
    J’avale un jus d’orange et croque dans l’une des viennoiseries disposées sur le plateau du petit déjeuner. Mais je n’ai aucun appétit. Je range mes affaires dans mon sac besace. Je regarde une dernière fois la chambre, la vue sublime sur le port de Yesterday, côté sud. Je sais que je ne reviendrai pas dans cette maison. Je ne me vois pas y vivre si c’est fini entre Isaac et moi.
    Je pense dans le même temps que je n’ai pas répondu au texto d’Ephrem. À vrai dire, je n’ai pas envie de me mêler de leurs affaires. C’est aux deux frères qu’incombe la responsabilité d’évoquer Savannah. Isaac et Ephrem doivent avancer ensemble. Ou pas. Comme je culpabilise néanmoins de rester silencieuse alors qu’Ephrem m’a sauvé la vie le jour où les sorcières m’ont attaquée sur le port de Yesterday, je décide de lui adresser un petit SMS.
    [Désolé de ne pas t’avoir répondu plus tôt. J’ai déconné avec Isaac. Pour Savannah, je pense que c’est mieux de vous voir tous les deux, d’arrêter enfin de faire la guerre. Je comprends ta douleur mais je ne peux rien faire d’autre. Ne m’en veux pas, Ephrem, j’ai besoin de faire le point. Lily]
    Dans le garage, la voiture qu’Isaac m’a offerte m’attend. Elle est rouge, rutilante, entourée d’un ruban blanc. Mon cœur se serre, j’ai vraiment tout gâché.
    Pardonne-moi, Isaac…
    C’est une Alfa Roméo Duetto Spider, un joli roadster des années soixante que j’adore depuis que j’ai vu Le Lauréat avec Dustin Hoffman et Anne Bancroft. Comment fait-il pour lire aussi bien dans mes pensées ? Je m’installe au volant, le cabriolet italien démarre au quart de tour et je mets le cap sur le centre de Yesterday en m’efforçant de contenir des larmes de tristesse et d’émotion mêlées quand je m’aperçois qu’Isaac a pensé à placer la cassette de la BO du film dans le vieil autoradio de l’Alfa. Les accords sublimes de Sounds Of Silence décollent vers le ciel d’un bleu profond.



  • Extrait

    Le dolmen, le lieu secret que nous tentons de chercher, le lieu sacré qui nous donnera toutes les réponses, le dolmen est sous le manoir des sorcières, j’en ai l’intime conviction !
    Il est 4 heures du matin sur le port désert de Yesterday, Kurt et Lukas viennent de nous rejoindre à bord du luxueux voilier d’Isaac. Notre équipe est maintenant au grand complet. La nuit vibre autour de nous, nous sommes si proches du but !
    Cette perspective plus qu’excitante fait encore son chemin dans mon esprit quand Isaac me rejoint près du bastingage à tribord. Il dépose un baiser dans mon cou et je frissonne.
    – Je sais que tu voulais tenir Lukas à l’écart de tout danger, chuchote-t-il à mon oreille, mais je pense qu’il est temps de le mettre au parfum à propos des mystères de Yesterday.
    J’acquiesce. Nous avons longuement discuté avec Isaac à propos de Lukas. Je ne voulais pas mettre d’autres personnes en danger. Risquer la vie des frères Shine et de Kurt est déjà assez difficile comme ça… Même si c’est eux qui ont choisi d’être à mes côtés, comme ils me l’ont si souvent rappelé au cours de ces dernières heures. Sauf qu’à nous quatre, que pouvons-nous faire face à une alliance entre des vampires et des sorcières ? Je me suis rendue à l’évidence : nous avons besoin d’alliés. Je ne demanderai jamais à Lukas de se battre pour nous, mais ses talents de guérisseur pourraient nous être utiles…
    Je m’approche de mon premier ami. À bâbord, Kurt et Ephrem contemplent la surface de l’eau comme s’ils s’attendaient à voir surgir une sirène d’un instant à l’autre. Avant que Lukas ait pu dire quoi que ce soit, je lui avoue tout : mes ennuis avec les sorcières, le pouvoir de protection de mon anneau, les messages successifs de Savannah, l’importance extrême de l’étoile de granit, l’alliance du Judith Bastberg et d’Ernst Waldorff. Je finis par lui raconter notre visite infructueuse à la mairie. Je lui fais part de mes déductions sur l’emplacement de l’étoile de granit et j’intercepte la mimique admirative qui illumine son visage. Lukas accuse le coup, ça fait tout de même beaucoup de choses à intégrer en quelques minutes. Je me justifie en précisant que j’ai préféré ne pas le mettre dans la confidence pour qu’il ne soit pas impliqué dans tout cet imbroglio. Et enfin, je lui demande s’il serait prêt à nous aider. Au lieu de me reprocher quoi que ce soit, il passe les mains dans sa tignasse rousse et me dit :
    – Lily, non seulement je vais vous aider en tant que guérisseur mais aussi en tant qu’ami. Je vais me battre pour toi. Pour vous.
    – Tu n’es pas obligé, dis-je, émue par son soutien sans faille.
    – Non, je ne le suis pas. Mais réfléchis. Si les Nobodies et les sorcières s’emparent de l’étoile de granit, crois-tu que la vie à Yesterday sera toujours aussi paisible ? Je vais aussi me battre pour ce en quoi je crois.
    Je ne sais que répondre à Lukas, à part merci. Voyant mon émotion, mon premier ami me demande d’une voix douce :
    – Et sinon, ça va ?
    Je lui souris, reconnaissante. J’aime son naturel, son humour, sa fidélité et son caractère à la fois jovial et attentionné. Je pressens dans le même temps que les choses vont vraiment bouger. Que les heures à venir ne seront pas de tout repos, mais que nous sommes déjà en marche vers cette quête de la découverte des mystères de Yesterday. Je caresse machinalement mon anneau et j’éprouve un étrange sentiment que je ne m’explique pas. C’est comme si des connexions s’opéraient dans mon cerveau sans que je puisse contrôler quoi que ce soit. Les pièces du puzzle s’assemblent presque naturellement.
    Naturellement et… magiquement…
    Je suis réellement reliée à cet anneau qui me protège depuis le début de mon séjour à Yesterday. Et sans doute est-il une assurance vie depuis ma naissance. J’en suis à me dire que toutes les informations et les messages que je reçois me parviennent grâce à lui. J’ai alors une pensée pour Wilma Astair qui joue avec courage son rôle de messagère. Je n’ai pas eu de ses nouvelles depuis plusieurs jours. Et j’espère qu’elle va bien. J’aimerais tant faire part à mes amis des voix qu’entend la jeune femme, mais je n’arrive pas encore à m’y résoudre. J’ai promis de ne rien dire. Et je tiendrai ma parole le temps qu’il faudra. Même s’il m’en coûte de mentir à Isaac et aux autres sur ce point.
    Au moment où je m’apprête à réunir mes amis pour organiser un plan de bataille, un puissant grondement de moteur nous fait tous sursauter. À une cinquantaine de mètres sur le quai, une longue voiture noire déboule dans notre direction et pile dans un crissement de pneumatiques à hauteur du voilier.
    – Voilà le croque-mort et son corbillard, annonce Ephrem qui rapplique aussitôt pour ne pas me laisser seule près de la passerelle au pied de laquelle je viens de me placer.
    Isaac remonte de la cabine, abandonne le plateau des cafés sur une table basse et nous rejoint en quatrième vitesse.
    Entourée des frères Shine, je sais qu’il ne peut rien m’arriver !
    Vêtu de son éternel et sinistre smoking noir, Allan Marshall est accompagné de deux armoires à glace, parmi lesquelles je ne manque pas de remarquer le vigile croisé lors de ma visite dans les bureaux du maire mégalo. De sa démarche saccadée et déséquilibrée, il se dirige vers nous.
    – Il ne vient pas pour prendre le thé, remarque Isaac en me regardant comme s’il venait de deviner mon angoisse grandissante. Mais tout va bien se passer !
    Dès qu’il a posé le pied sur le pont, Marshall tente de m’approcher comme si rien d’autre ne comptait, mais Isaac s’interpose avec une vivacité époustouflante. Les deux costauds le contournent alors et là, c’est Ephrem qui les bloque à son tour.
    – Tout doux mes agneaux, leur conseille-t-il.
    – Bonjour monsieur le maire, embraye Isaac. Que nous vaut l’honneur d’une visite si matinale ?
    – Vous connaissez parfaitement la raison de ma présence à bord, réplique Marshall sur un ton glacial.
    Dans son regard étincelle la haine. Une de ses mains tremblantes triture son bouc de diable tandis qu’il pointe l’index accusateur de son autre main sur le torse d’Isaac.
    – C’est VOUS mon problème !
    – Je ne sais pas de quoi vous parlez, lui rétorque calmement Isaac.
    – Je pourrais vous faire coffrer sur-le-champ pour dégradation de biens publics, s’agace Marshall.



  • Extrait
    Ne meurs pas, mon amour, tu m’entends ? NE MEURS PAS, MON AMOUR !
    J’ai froid… J’ai mal… J’ai peur… Je prie… Je pleure… Le visage enfoui dans la chevelure d’Isaac, je hurle intérieurement tant la douleur qui m’écrase est insupportable. Aucun son ne parvient à franchir la frontière de mes lèvres, j’ai juste l’impression d’étouffer, la sensation palpable que la vie s’échappe au compte-gouttes de mon propre corps.
    Nous sommes tellement reliés, lui et moi…
    Je souffre quand Isaac souffre… Et je pourrais bien mourir s’il devait perdre la vie… Je ne VEUX pas vivre sans lui…
    Je ne PEUX pas !
    Ephrem s’agenouille en face de moi, m’adresse un regard défait et prend une main d’Isaac dans la sienne.
    Ne me fais pas ça, grand frère, supplie-t-il à voix basse, j’ai besoin de toi.
    Ces mots ravivent ma douleur. Je dois me calmer, maîtriser les sanglots qui me secouent. Je serre les poings, me reprends tant bien que mal. Je dois faire confiance à la vie, je ne peux pas abandonner. Mes yeux noyés de larmes balaient le théâtre des abords du manoir : sur le sinistre champ de bataille, après la fureur du combat que nous venons de mener contre les sorcières et les Nobodies, le silence alentour paraît assourdissant. Je lève les yeux au ciel, comme s’il était en mesure de fournir une réponse à mon désespoir.
    Il fait toujours nuit, c’est incompréhensible…
    Le jour devrait pourtant être levé depuis longtemps maintenant. Hormis les lueurs diffuses des torches qui jonchent le champ de bataille, le secteur du manoir est plongé dans l’obscurité. Quand des mains se posent soudain sur mes épaules, je sursaute et m’extirpe de mes pensées. Je découvre la silhouette râblée de Lukas à travers le rideau de mes larmes. Kurt, qui vient de se matérialiser, se tient à ses côtés.
    – Laisse-moi voir, Lily, tu veux bien ? demande Lukas d’une voix emplie de douceur.
    Je hoche la tête en essuyant mes joues trempées du revers de la main. Kurt m’adresse un regard compatissant. Je m’écarte à contrecœur du corps immobile d’Isaac. Ephrem lui tient toujours la main, le regard perdu, comme ailleurs. Je détourne les yeux tant c’est difficile à supporter. Je me concentre sur Lukas qui vient de s’accroupir pour ausculter Isaac. S’il existe une personne au monde capable d’accomplir un miracle, c’est bien lui, Lukas Dogerman, mon premier ami lors de mon arrivée à Yesterday. Celui que je considère comme le petit frère que j’ai toujours rêvé d’avoir. Je croise les doigts.
    Sauve-le, s’il te plaît, guéris-le comme tu l’as fait la dernière fois…
    Toutes mes cellules grises sont réquisitionnées pour que la moindre de mes pensées soit concentrée sur Isaac Shine, ce vampire magnifique dont je suis tombée amoureuse au premier regard. Il est mon alter ego. S’il meurt, je n’aurai plus de raison de vivre. À mes côtés, Kurt Epstein semble prier lui aussi. Je suis tellement plongée dans mes vœux désespérés que je n’entends pas tout de suite la voix de Lukas qui répète un peu plus fort :
    – Lily ?
    Je lui renvoie un regard absent, intercepte son sourire, si timide, que je ne comprends pas immédiatement ce qu’il peut bien signifier.
    – Quoi, Lukas ? le questionné-je d’une voix étranglée.
    – Isaac va vivre, Lily.
    – Tu… Tu veux dire que…
    – Il va s’en sortir, c’est une question de patience.
    – Mais comment est-ce possible ? Combien de temps ? Et comment…
    – Calme-toi, m’interrompt-il gentiment en remarquant que je tremble de la tête aux pieds. J’ai fait revenir la chaleur dans son organisme. C’était bizarre… Un peu comme si son sang avait gelé dans ses veines !
    – C’est un sort plutôt rare, intervient Ephrem qui a repris espoir depuis que Lukas a annoncé cette nouvelle encourageante. D’ordinaire, je peux vous assurer qu’un tel bouleversement est même… irréversible !
    Je suis parcourue d’une énième vague de frissons tandis que Lukas se tourne vers Ephrem.
    – Je pense que, dans l’affolement des affrontements, le sort a pu être mal lancé. Il y a aussi le fait que j’en ai profité pour reconstruire les défenses d’Isaac la première fois que je l’ai soigné.
    Ephrem lui sourit et pose une main sur son épaule.
    – Merci, merci de tout cœur.
    Lukas lui rend un sourire et je lis le soulagement dans le regard d’Ephrem. On dirait qu’il revient d’une lointaine contrée où tout n’était que désolation. Je lui souris à mon tour, à travers mes larmes, et je reporte mon attention sur Lukas.
    – Alors… Isaac va vraiment… vivre ? insisté-je. Je n’arrive pas à y croire, je…
    – Chut, fais-moi confiance !
    À genoux dans la poussière, je hoche la tête en admirant le profil grec d’Isaac. Tout d’abord, je ne remarque rien de spécial, hormis cette immobilité qui m’angoisse au plus haut point, puis je vois ses paupières diaphanes qui palpitent. C’est imperceptible, je me dis même que c’est un rêve, une illusion, et enfin le mouvement reprend, toujours faible, mais plus net cette fois…
    Là, je ne rêve pas… Ses paupières bougent vraiment !
    Je me penche sur lui, approche mes lèvres de son oreille et murmure :
    – Je suis là, mon amour, tout va bien se passer. Lukas vient de te ramener à la vie.
    – Il lui faut encore un peu de temps, m’explique Lukas en me tirant gentiment en arrière. En attendant, je vais voir ce que je peux faire pour Wilma et Rodolphe.
    J’acquiesce. Un sentiment impérieux s’empare de moi : j’ai une mission aussi, je dois m’occuper de l’étoile de granit. J’inspire à fond, me débarrasse de mon blouson et en retire fébrilement la pierre encore à l’abri dans ma poche intérieure, avant de poser mon vêtement sur Isaac pour qu’il n’ait pas froid. Je me remets sur pied, pour inspecter la pierre. Par bonheur, elle est intacte !
    Au même moment, Savannah accourt vers nous, l’air affolé. Je lui ouvre mes bras dans lesquels elle se réfugie.
    – Isaac va s’en sortir, la rassuré-je aussitôt. Il est juste… endormi.
    Elle pousse un long soupir, échange un regard avec Ephrem qui veille sur son grand frère, puis se serre un peu plus fort contre moi. Lorsque nous nous détachons enfin, elle s’agenouille près d’Isaac et se penche pour lui murmurer un mot à l’oreille. Elle passe une main sur la joue d’Ephrem puis elle revient vers moi. Son corps se crispe quand elle remarque les corps allongés de Capriccio et Wilma.
    – Est-ce qu’ils sont… morts ? balbutie-t-elle.
    Je me tourne un instant vers Lukas. Courbé sur Rodolphe Capriccio, le visage grave et concentré, il examine la blessure. À voir son regard s’assombrir, c’est grave, très grave. Mon cœur se serre. Je reporte mon attention sur Savannah.
    – Wilma s’est sacrifiée pour me sauver la vie, expliqué-je. Je crois qu’elle est déjà… morte. Et Capriccio est très mal en point, Judith Bastberg l’a transpercé avec un pieu.
    Savannah cache son visage dans ses mains. Elle demeure ainsi quelques secondes, comme pour fuir la tragique réalité de notre situation, puis nos yeux se rencontrent de nouveau et nous échangeons un regard où se mélangent la tristesse et la révolte. Nous nous sommes tous battus pour la pierre, il y a eu des victimes dans les deux camps. Il est grand temps de donner un sens à tout cela, de faire en sorte que nos sacrifices ne soient pas vains ! Il y a de l’hésitation dans les regards que nous échangeons, Savannah et moi, comme le poids évident d’une lourde responsabilité.



  • La romance vampire la plus sensuelle du moment !

    Ils sont des centaines autour de moi devant cette immense pierre tant convoitée. Tous, au fil du temps, sont devenus des amis et de véritables alliés, prêts, comme moi, à laisser leur vie dans le combat qui va faire rage tout à l´heure.

    Mon émotion grimpe soudain d´un cran tandis que je couve du regard le sublime vampire qui s´approche du monument de granit. Des frissons me parcourent, les battements de mon coeur s´accélèrent. On dit que le danger aiguise parfois le désir et je suis en train de le vérifier...
    Je m´appelle Lily Cooper, j´ai 25 ans aujourd´hui. Et rien, vraiment rien, ne m´avait préparée à tout cela en arrivant à Yesterday, cette petite bourgade tranquille du New Hampshire...

    Plongez dans une histoire envoûtante où Lily Cooper et Isaac Shine, l'alchimiste multimilliardaire, vont découvrir malgré eux que l'amour peut être la plus puissante des magies !

  • Extrait
    Le dolmen, le lieu secret que nous tentons de chercher, le lieu sacré qui nous donnera toutes les réponses, le dolmen est sous le manoir des sorcières, j’en ai l’intime conviction !
    Il est 4 heures du matin sur le port désert de Yesterday, Kurt et Lukas viennent de nous rejoindre à bord du luxueux voilier d’Isaac. Notre équipe est maintenant au grand complet. La nuit vibre autour de nous, nous sommes si proches du but !
    Cette perspective plus qu’excitante fait encore son chemin dans mon esprit quand Isaac me rejoint près du bastingage à tribord. Il dépose un baiser dans mon cou et je frissonne.
    – Je sais que tu voulais tenir Lukas à l’écart de tout danger, chuchote-t-il à mon oreille, mais je pense qu’il est temps de le mettre au parfum à propos des mystères de Yesterday.
    J’acquiesce. Nous avons longuement discuté avec Isaac à propos de Lukas. Je ne voulais pas mettre d’autres personnes en danger. Risquer la vie des frères Shine et de Kurt est déjà assez difficile comme ça… Même si c’est eux qui ont choisi d’être à mes côtés, comme ils me l’ont si souvent rappelé au cours de ces dernières heures. Sauf qu’à nous quatre, que pouvons-nous faire face à une alliance entre des vampires et des sorcières ? Je me suis rendue à l’évidence : nous avons besoin d’alliés. Je ne demanderai jamais à Lukas de se battre pour nous, mais ses talents de guérisseur pourraient nous être utiles…
    Je m’approche de mon premier ami. À bâbord, Kurt et Ephrem contemplent la surface de l’eau comme s’ils s’attendaient à voir surgir une sirène d’un instant à l’autre. Avant que Lukas ait pu dire quoi que ce soit, je lui avoue tout : mes ennuis avec les sorcières, le pouvoir de protection de mon anneau, les messages successifs de Savannah, l’importance extrême de l’étoile de granit, l’alliance du Judith Bastberg et d’Ernst Waldorff. Je finis par lui raconter notre visite infructueuse à la mairie. Je lui fais part de mes déductions sur l’emplacement de l’étoile de granit et j’intercepte la mimique admirative qui illumine son visage. Lukas accuse le coup, ça fait tout de même beaucoup de choses à intégrer en quelques minutes. Je me justifie en précisant que j’ai préféré ne pas le mettre dans la confidence pour qu’il ne soit pas impliqué dans tout cet imbroglio. Et enfin, je lui demande s’il serait prêt à nous aider. Au lieu de me reprocher quoi que ce soit, il passe les mains dans sa tignasse rousse et me dit :
    – Lily, non seulement je vais vous aider en tant que guérisseur mais aussi en tant qu’ami. Je vais me battre pour toi. Pour vous.
    – Tu n’es pas obligé, dis-je, émue par son soutien sans faille.
    – Non, je ne le suis pas. Mais réfléchis. Si les Nobodies et les sorcières s’emparent de l’étoile de granit, crois-tu que la vie à Yesterday sera toujours aussi paisible ? Je vais aussi me battre pour ce en quoi je crois.
    Je ne sais que répondre à Lukas, à part merci. Voyant mon émotion, mon premier ami me demande d’une voix douce :
    – Et sinon, ça va ?
    Je lui souris, reconnaissante. J’aime son naturel, son humour, sa fidélité et son caractère à la fois jovial et attentionné. Je pressens dans le même temps que les choses vont vraiment bouger. Que les heures à venir ne seront pas de tout repos, mais que nous sommes déjà en marche vers cette quête de la découverte des mystères de Yesterday. Je caresse machinalement mon anneau et j’éprouve un étrange sentiment que je ne m’explique pas. C’est comme si des connexions s’opéraient dans mon cerveau sans que je puisse contrôler quoi que ce soit. Les pièces du puzzle s’assemblent presque naturellement.
    Naturellement et… magiquement…
    Je suis réellement reliée à cet anneau qui me protège depuis le début de mon séjour à Yesterday. Et sans doute est-il une assurance vie depuis ma naissance. J’en suis à me dire que toutes les informations et les messages que je reçois me parviennent grâce à lui. J’ai alors une pensée pour Wilma Astair qui joue avec courage son rôle de messagère. Je n’ai pas eu de ses nouvelles depuis plusieurs jours. Et j’espère qu’elle va bien. J’aimerais tant faire part à mes amis des voix qu’entend la jeune femme, mais je n’arrive pas encore à m’y résoudre. J’ai promis de ne rien dire. Et je tiendrai ma parole le temps qu’il faudra. Même s’il m’en coûte de mentir à Isaac et aux autres sur ce point.
    Au moment où je m’apprête à réunir mes amis pour organiser un plan de bataille, un puissant grondement de moteur nous fait tous sursauter. À une cinquantaine de mètres sur le quai, une longue voiture noire déboule dans notre direction et pile dans un crissement de pneumatiques à hauteur du voilier.
    – Voilà le croque-mort et son corbillard, annonce Ephrem qui rapplique aussitôt pour ne pas me laisser seule près de la passerelle au pied de laquelle je viens de me placer.
    Isaac remonte de la cabine, abandonne le plateau des cafés sur une table basse et nous rejoint en quatrième vitesse.
    Entourée des frères Shine, je sais qu’il ne peut rien m’arriver !
    Vêtu de son éternel et sinistre smoking noir, Allan Marshall est accompagné de deux armoires à glace, parmi lesquelles je ne manque pas de remarquer le vigile croisé lors de ma visite dans les bureaux du maire mégalo. De sa démarche saccadée et déséquilibrée, il se dirige vers nous.
    – Il ne vient pas pour prendre le thé, remarque Isaac en me regardant comme s’il venait de deviner mon angoisse grandissante. Mais tout va bien se passer !
    Dès qu’il a posé le pied sur le pont, Marshall tente de m’approcher comme si rien d’autre ne comptait, mais Isaac s’interpose avec une vivacité époustouflante. Les deux costauds le contournent alors et là, c’est Ephrem qui les bloque à son tour.
    – Tout doux mes agneaux, leur conseille-t-il.
    – Bonjour monsieur le maire, embraye Isaac. Que nous vaut l’honneur d’une visite si matinale ?
    – Vous connaissez parfaitement la raison de ma présence à bord, réplique Marshall sur un ton glacial.
    Dans son regard étincelle la haine. Une de ses mains tremblantes triture son bouc de diable tandis qu’il pointe l’index accusateur de son autre main sur le torse d’Isaac.
    – C’est VOUS mon problème !
    – Je ne sais pas de quoi vous parlez, lui rétorque calmement Isaac.
    – Je pourrais vous faire coffrer sur-le-champ pour dégradation de biens publics, s’agace Marshall.
    À trois pas de moi, Kurt et Lukas demeurent sur le qui-vive. Seuls Isaac et Ephrem semblent presque s’amuser. Même si je sais que les deux frères mesurent parfaitement la menace que représente cet odieux personnage.
    – Et moi, suggère Isaac sur un ton ironique, je pourrais peut-être intenter un procès à celui qui a commandé un article diffamatoire sur ma vie privée dans le Yesterday News, qu’en pensez-vous ?
    – Je ne suis pas venu pour parler d’un article de journal, monsieur Shine !
    – C’est pourtant bien une publication que vous dirigez et que vous avez utilisée pour nous atteindre, monsieur Marshall. Soyons raisonnables, je pense que vous êtes mal placé pour jouer les indignés ou tenter de nous donner la moindre leçon. Vous semblez sur tous les fronts, responsable de publication, maire de la ville et administrateur de l’université. Soit, c’est votre droit le plus strict ! Mais si on ajoute à cela vos mystérieuses relations avec Judith Bastberg, vous avouerez qu’il y a de quoi se demander ce que vous cherchez réellement.
    – Qui plus est, précise Ephrem dans la foulée, le simple fait de vouloir consulter des documents administratifs ne saurait être considéré comme un crime.
    – N’insultez pas mon intelligence ! explose Marshall. Vous savez comme moi qu’il est impératif de passer par la voie légale lorsqu’on désire obtenir des documents administratifs.
    N’y tenant plus, malgré mon dégoût, je contourne Isaac et plante mon regard dans celui de Marshall, m’obligeant à le fixer sans ciller.



  • La romance vampire la plus érotique du moment ! La romance vampire la plus sensuelle du moment !
    Ils sont des centaines autour de moi devant cette immense pierre tant convoitée. Tous, au fil du temps, sont devenus des amis et de véritables alliés, prêts, comme moi, à laisser leur vie dans le combat qui va faire rage tout à l´heure.
    Mon émotion grimpe soudain d´un cran tandis que je couve du regard le sublime vampire qui s´approche du monument de granit. Des frissons me parcourent, les battements de mon coeur s´accélèrent. On dit que le danger aiguise parfois le désir et je suis en train de le vérifier...
    Je m´appelle Lily Cooper, j´ai 25 ans aujourd´hui. Et rien, vraiment rien, ne m´avait préparée à tout cela en arrivant à Yesterday, cette petite bourgade tranquille du New Hampshire...
    Plongez dans une histoire envoûtante où Lily Cooper et Isaac Shine, l'alchimiste multimilliardaire, vont découvrir malgré eux que l'amour peut être la plus puissante des magies !
    Bloody Lily - Sous l'emprise du vampire Vol. 5 sur 12.

  • De l'amour, du sang, des sensations, du danger... Tous les ingrédients sont réunis ici pour vous faire vivre non pas un mais trois grands moments d'émotion ! Découvrez vite nos histoires de vampires. Vous n'en sortirez pas indemne...
    Ce coffret regroupe les premiers volumes de :
    -Donne-moi ton âme de Chloe Wilkox -Bloody Lily - Sous l'emprise du vampire d´Amber James -Vampire Brothers d´ Alice H. Kinney Les histoires contenues dans ce coffret sont les premiers volumes de séries publiées aux éditions Addictives mais elles peuvent se lire indépendamment.

  • Extrait
    Mon portable sonne. Le nom d’Isaac s’affiche sur l’écran. J’hésite à répondre…
    Gatsby le Magnifique ne serait-il que Gatsby le Maléfique ?
    Je suis installée sur la terrasse de mon petit studio, la nuit est tombée, la fraîcheur commence à me faire frissonner et je ne sais que penser des révélations qui s’étalent sous mes yeux.
    Selon l’auteur du papier publié dans le Yesterday News, Isaac Shine ne serait qu’un vampire à femmes, très attiré par les humaines. Il serait plus doué pour l’alchimie des sens que pour la logique de ses fameuses recherches. Le journaliste n’hésite pas à se moquer ouvertement, prétendant qu’Isaac travaillerait en secret avec un comparse, mais que ni l’un ni l’autre ne connaîtrait l’objet précis de leurs recherches s’éternisant dans le néant. Il conclut son article de façon carrément acerbe en avançant qu’il s’agit sans doute de la recherche… du temps perdu ! Ce sont des propos tellement acides que j’en ai mal pour Isaac et Kurt.
    Je reviens à la photo qui le représente au bras d’une jeune et jolie brune. Et ça me serre le cœur.
    C’est quoi cette histoire, Isaac ?
    Mon prince du New Hampshire m’aurait-il séduite dans le seul but de boire mon sang ?
    Est-ce à dire qu’un vampire reste un vampire, condamné à satisfaire les besoins que sa nature lui impose ?
    Mes yeux passent de la photo du journal à l’écran de l’iPhone. Je dois réagir, je ne peux pas rester sans rien faire à me poser trente mille questions. La réponse est peut-être là, dans ce portable qui vibre et sonne depuis près d’une minute. Isaac doit commencer à se demander ce que je fabrique. J’aspire un grand bol d’air et je décroche. La voix rauque et sensuelle d’Isaac me colle immédiatement des frissons de circonstance. C’est à chaque fois pareil, je suis comme transportée, troublée et bouleversée. Il pourrait vraiment enregistrer un album avec son organe de crooner, ça ferait un tabac sur YouTube.
    – Merde, où étais-tu ? Pourquoi tu laisses sonner aussi longtemps ?
    Qu’est-ce que tu me fais là ? Pas question de me faire engueuler !
    – Je réfléchissais, Isaac. Là, je suis penchée sur un article qui…
    – C’est pour ça que j’appelle, coupe-t-il. Moi aussi je viens de le lire et je me suis dit que tu n’allais rien comprendre si tu tombais sur ce torchon.
    Isaac a l’air vraiment remonté. Pour ce qui est de n’y rien comprendre, il n’a pas tort. Je suis carrément dans le brouillard. Je soupire, incapable de savoir sur quel pied danser.
    – Disons que je suis un peu, disons… dépassée. Je ne sais pas quoi penser.
    La voix d’Isaac se fait plus posée tout en demeurant insistante.
    – Ne me dis pas que tu doutes de moi ? J’espère que tu n’accordes aucun crédit aux allégations de ce journaliste, Lily.
    Pas envie de douter de toi…
    Mais difficile quand même de ne pas y accorder de crédit. Je réponds sur un ton à la fois triste et sec :
    – Avoue que c’est pourtant une bonne photo, Isaac.
    – C’est surtout un putain de montage, s’emporte-t-il. Arrête, Lily. Tu sais qui je suis, non ?
    Je devine la colère dans sa voix tandis qu’il poursuit.
    – Sais-tu que le Yesterday News est dirigé par Allan Marshall, le maire de la ville ? Je ne crois pas que ce soit une coïncidence. Je pense que quelqu’un cherche à m’atteindre.
    Il s’interrompt un instant. Je n’arrive pas à répondre, je réfléchis. Un silence pesant s’installe, puis sa voix me demande :
    – Tu m’entends, Lily ?
    – Oui, je t’écoute.
    – Très bien, reprend-il. Alors crois-le ou non, mais quelqu’un de très mal intentionné veut à tout prix me décrédibiliser, moi et mes recherches. Je ne vois que ça.
    Il semble vraiment blessé et… furieux. Le fait qu’Allan Marshall soit à la tête du Yesterday News renforce cette sensation qui grandit en moi, à savoir qu’Isaac est tout ce qu’il y a de plus sincère. Et qu’il serait donc victime d’une calomnie. Mais pourquoi voudrait-on le décrédibiliser ?
    – Kurt et moi-même dérangeons apparemment, précise-t-il comme s’il entendait le moindre de mes doutes. En tout cas, ce torchon ne lésine pas sur les moyens afin de me pourrir l’existence. Dès demain, je vais rendre une petite visite à qui de droit. Le rédacteur en chef va m’expliquer les raisons précises de ce ramassis d’inepties. Je vais y débarquer à la première heure et ce ne sera pas pour livrer des viennoiseries.
    Je ne peux pas m’empêcher de sourire. Les derniers mots d’Isaac ont pour effet de me détendre un peu. Je reprends mon sérieux, m’éclaircis la voix et je réponds :
    – Il faudra quand même que tu m’expliques en quoi vous dérangez. J’aimerais vraiment savoir.
    – Marshall ne tient pas à ce que les vampires redeviennent humains, répond-il sans hésiter. Il ne veut pas perdre ses alliés, les Nobodies, et son statut de maire d’une ville de surnaturels, tu comprends ?
    – Oui, je crois. Et c’est pour ça que vous travaillez en secret, toi et Kurt. Pour que personne ne sache où vous en êtes de vos recherches ni en quoi elles consistent, n’est-ce pas ?
    – Exactement, réplique Isaac avec ferveur. Marshall doit commencer à s’inquiéter. Il se demande probablement ce que nous préparons.
    – En tout cas, murmuré-je, je suis… désolée pour toi.
    – Ne t’inquiète pas, me rassure-t-il sur un ton doux. Je ne suis pas tellement surpris. Certains indélicats n’ont pas d’éthique. Ça va se régler. En revanche, je tiens à dissiper tout malentendu ! Je ne suis pas un menteur. Quand j’ai des choses à dire, je ne tourne pas autour du pot. En l’occurrence, tu dois savoir que je n’ai pas l’habitude de boire le sang des humains. Quant aux femmes, j’ai conscience de leur plaire, mais ça s’arrête là. Tu comprends, miña linda ?
    – Oui, Isaac. J’ai confiance en toi.
    Il était tellement hors de lui tout à l’heure que je sais maintenant qu’il n’est rien de tout ce que prétend ce journaliste à la solde de Marshall. Et maintenant, j’ai envie d’être avec Isaac, de me blottir dans ses bras, de m’endormir la tête contre son cœur. Loin des soucis et des mystères. Sa voix m’extirpe de mes rêveries.
    – Je dois te quitter, Lily. Je voulais simplement te rassurer… Et j’espère que tu me crois ?
    Il ne peut pas me voir, mais je hoche la tête.
    – Je m’occuperai de tout cela demain matin, répète-t-il. Je t’embrasse de toutes mes forces.
    Ses mots m’apaisent bizarrement. En dehors du fait que je sois triste de ne pas être avec lui, je me sens bien, j’ai presque envie de m’endormir alors que je n’étais pas du tout fatiguée voici quelques secondes à peine. Ses intonations, le timbre de sa voix ont dû me plonger dans un état particulier. C’est comme un… pouvoir ! À distance, Isaac parvient à m’apaiser. Décidément, les vampires possèdent de telles qualités que les humains feraient bien d’en prendre de la graine.
    Je m’allonge sur le canapé, je ferme les yeux et… je m’endors.



  • Extrait
    Serais-je moi-même une gardienne de l’étoile ?
    Cette question abracadabrante et silencieuse demeure bloquée en moi, comme le miroir verrouillé d’un appareil photographique 24 x36 en temps de pause. Dans l’espace clos du mouchoir de poche où je loge, je ne bouge pas d’un cil, de peur que ma pensée ne devienne encore plus floue. Lorsqu’enfin le déclenchement se produit, petit déclic dans les arcanes de mon cerveau sous haute tension, je m’autorise à considérer le résultat de cette vertigineuse hypothèse !
    Inimaginable, tout bonnement inimaginable…
    Et pourtant, cette phrase affolante encadrée en bas de page dans ce fameux livre sur les pierres posé sur le petit bureau de mon studio n’est absolument pas une invention de mon esprit :
    « Le tatouage en forme d’étoile est la marque magique des gardiennes de l’étoile de granit. »
    Une telle révélation me conduit forcément à extrapoler car ce fameux tatouage que Savannah Shine porte à la cheville est strictement identique… à ma tache de naissance dont je suis désormais forcée d’admettre qu’il pourrait bien s’agir d’un… tatouage !
    Fébrile, je reporte mon attention sur la photo représentant Savannah vingt-cinq ans plus tôt près d’un majestueux et célèbre dolmen de Sweet Valley baptisé l’Autel.
    Elle est très belle… C’est assurément une Shine !
    C’est émouvant de la voir physiquement. Le fait de la visualiser me fait comprendre encore mieux la douleur d’Isaac. C’est comme si elle existait soudain vraiment. Je plonge mes yeux verts dans les yeux gris de la séduisante jeune femme en robe longue, je me concentre comme si elle allait s’animer d’un instant à l’autre, se mettre à respirer, me sourire peut-être, puis me faire signe d’approcher pour me confier des secrets et répondre à cette question insensée qui me taraude :
    Serais-je moi-même une gardienne de l’étoile ?
    Comme pour lui donner un sens dans la réalité, je griffonne cette pensée sur le petit carnet où j’ai commencé à inscrire quelques notes de lecture. Compte tenu de la densité du livre, j’ai plutôt intérêt à garder des repères. S’y alignent et se superposent déjà des numéros concernant des pages particulièrement instructives et quelques références à des ouvrages que j’espère trouver à la bibliothèque de l’université.
    Ma main tremble. Mon cœur bat trop vite… Mais Savannah Shine demeure immobile sur la photo… Comme si c’était à moi d’aller vers elle !
    Comment dois-je m’y prendre ?
    À côté de mon oreiller, mon regard accroche le bleu rassurant de la petite pierre de protection qu’Isaac m’a offerte après l’agression des sorcières sur le port de Yesterday. Je me lève pour la saisir et la serrer fort entre mes paumes jointes. Elle est tiède, elle m’apaise. C’est un petit bout d’Isaac qui me donne l’impression d’être moins seule. Je me surprends à prier intérieurement pour qu’elle m’aide à comprendre. Mais ce n’est pas tout à fait son rôle. Là encore, c’est à moi de trouver les réponses à mes questions !
    Je m’installe à nouveau à ma table de travail, habitée par cette sensation persistante que le livre sur les pierres m’appelle, m’attire irrésistiblement comme un aimant. Sur la photo, mon index frôle les contours de la cheville de Savannah où se détache nettement… le tatouage en forme d’étoile…
    J’ai le même ! Alors dis-moi qui je suis, Savannah ?
    Je suis perdue, littéralement sous le choc de ma découverte.
    Ce tatouage qui nous lie, elle et moi, commence à me foutre la trouille. J’ai connu mon lot de surprises depuis mon installation à Yesterday, mais là, nous sommes résolument passés à la vitesse supérieure. D’après le texte du livre, le tatouage signifie quelque chose de bien précis ; quelque chose d’énorme et effrayant aux yeux de l’étudiante que je suis. À l’idée de cette qualité de gardienne dont je pourrais être investie, j’en ai la chair de poule. Ce rôle, s’il existe réellement, je ne me sens pas le moins du monde en mesure de l’assumer.
    Merde, revenons sur Terre !
    Je m’appelle Lily Cooper, je prépare une thèse en biologie, si ça pouvait s’arrêter là, ce serait… parfait ! Sweet Valley ne peut être la quatrième dimension ! Ajoutons que j’ai un prof génial en la personne de Kurt Epstein, un ami comme un frère qui s’appelle Lukas Dogerman, et que j’ai rencontré un vampire sublime répondant au doux nom d’Isaac Shine. Je veux juste vivre ma vie et mon histoire avec lui. Je n’en demande pas plus !
    Je dois en parler à Isaac justement, lui demander si d’aventure il sait ce que signifie cette histoire de « gardiennes de la pierre ». J’ai besoin de me confier tout simplement, pour qu’il me rassure comme il sait si bien le faire. L’information est beaucoup trop lourde à digérer seule.
    Je compose son numéro et je tombe… sur sa messagerie.
    À quoi bon posséder un portable si c’est pour ne jamais décrocher ?
    Je suis déçue de ne pas entendre sa voix rauque me susurrer « Comment vas-tu, miña linda ? » Je me sens dans un drôle d’état, partagée entre l’excitation et une vive appréhension.
    Qu’est-ce que tu fabriques, Isaac ?
    Au bip sonore, je laisse un message bref :
    – Appelle-moi, s’il te plaît, il faut que je te parle de quelque chose. Je t’embrasse…
    Je fais couler de l’eau dans un verre, j’ai la gorge sèche. Le goutte-à-goutte régulier du robinet sur l’Inox de l’évier m’angoisse un peu. Je dois vraiment être à fleur de peau pour être si sensible à ce genre de petites choses. Il faut à tout prix que je meuble ce silence aux allures de supplice chinois.
    De la musique, il me faut de la musique !
    Je choisis une playlist sur l’ordi et je vais m’installer près de la baie vitrée. Je bois une gorgée d’eau fraîche et je classe dans ma tête les infos importantes dont je dispose. J’ai l’impression d’avoir un ordinateur à la place du cerveau. Il va falloir penser à vider la corbeille de temps en temps si je ne veux pas que le système plante. J’ai notamment besoin de faire le point avant de poursuivre ma lecture du livre sur les pierres. En dehors de l’élément minéral susceptible de finaliser le remède au vampirisme sur lequel travaillent Isaac et Kurt, mon espoir était d’y trouver des indices supplémentaires concernant ma tache de naissance et maintenant j’espère aussi en apprendre plus sur le rôle des gardiennes de l’étoile de granit.
    Les enceintes portatives diffusent les premiers accords au piano de I Put A Spell On You par Annie Lennox. J’adore cette chanson, son côté… sensuel.
    Mon regard s’évade alors dans le paysage qui s’offre à moi. Et j’écarquille les yeux en me rendant soudain compte d’un phénomène relativement anormal : dehors, il neige à gros flocons ! Au mois de septembre, n’est-ce pas un peu… tôt ? D’autant plus qu'il faisait un soleil radieux ces derniers jours.
    Je pense aussitôt aux sorcières : auraient-elles la faculté d’influer sur la météo ? Et voilà, je réagis comme les autres qui les accusent de tout, faisant sans complexe de Judith Bastberg leur bouc émissaire ! Mais quand même, je suis obligée de me poser la question. Comment oublier la tempête soudaine de l’autre jour après notre déjeuner au restaurant Chez Dimitri ? En fin de compte, les angoisses de Kurt concernant Judith Bastberg ne sont sans doute pas dénuées de sens. Je l’entends encore m’annoncer qu’il a surpris la sorcière en conversation avec… Ernst Waldorff, le chef des Nobodies. Il faut se rendre à l’évidence, dans Yesterday et ses environs, certaines choses se produisent qui dépassent l’entendement. Comme ces flocons de neige au mois de septembre ! Il se prépare peut-être quelque chose d’important. Un vampire rebelle et une sorcière mystérieuse ne se rencontrent certainement pas pour parler de la pluie et du beau temps .
    Je me replonge dans la lecture du livre. Je n’ai pas le pouvoir d’influer sur les étrangetés de Yesterday, mais je peux au moins tenter d’en apprendre davantage pour aider Isaac.
    Très vite malheureusement, les mots se mélangent… Mon attention se relâche et je ressens peu à peu la fatigue. Il faut dire qu’Isaac et moi n’avons pas beaucoup dormi cette nuit. J’abandonne ma lecture à regret et je m’allonge sur le canapé.
    Quand je me réveille une petite heure plus tard, après un sommeil agité ponctué de courts rêves assez bizarres dont je n’ai néanmoins aucun souvenir précis, le soleil brille sur la terrasse, illuminant le studio… Et la neige a fondu !
    Vraiment étrange…



  • Extrait
    Je reprends connaissance, remonte lentement à la surface, la douleur s’est estompée. Mon front me fait un peu souffrir, il a dû cogner sur le parquet quand je me suis évanouie avec l’impression de mourir. Mais je suis là, je vis toujours. Dans ma tête résonne encore l’écho de la dernière pensée qui m’a caressée, juste avant de perdre connaissance.
    Je t’aime, Isaac…
    Ce sont les mots d’amour que j’aurais voulu dire au vampire magnifique qui me chavire corps et âme. J’ai tout gâché, je l’ai déçu, il n’est plus là !
    Je suis seule, le visage mouillé de mes larmes, dans la luxueuse maison qu’il vient de m’offrir.
    Ce lieu magique où je rêve de vivre avec lui…
    Je me redresse et je regarde autour de moi. Je me tiens à genoux sur le parquet de ma chambre, vêtue de la chemise d’Isaac. Elle est imprégnée de son odeur et c’est tout ce qu’il me reste de lui. C’est ma faute ! Je suis brusquement entrée en panique après une nouvelle crise oculaire et j’ai osé proposer l’impensable à Isaac : fuir ! Qu’est-ce qu’il m’a pris ? Isaac Shine n’est pas de ceux qui baissent les bras. Et moi non plus d’ailleurs, mais j’étais tellement perdue, écrasée d’incertitude face à l’avenir. Et puis il y a eu la goutte d’eau qui fait déborder le vase : un message d’Ephrem sur mon portable ! Isaac m’a souhaité d’être heureuse avec lui et puis il est parti.
    Tu sais bien que c’est avec toi que je veux être heureuse, Isaac, pas avec ton frère.
    J’essuie mes larmes, je me relève. Dans le salon, Bruno Mars a pris la relève de Whitney Houston. Après I Will Always Love You, c’est au tour de When I Was Your Man. Parfois la musique est cruelle. De simples paroles sur une belle mélodie font rejaillir les souvenirs, chaque accord est un couteau remué dans la plaie. Qu’y a-t-il de plus stupide que d’écouter des chansons d’amour après une rupture ?
    Je t’aime, Isaac…
    Pourquoi diable ne l’ai-je pas dit, comme lui me l’a si merveilleusement avoué alors que nous venions de faire l’amour ? Pourquoi je n’y arrive pas ? Je regarde l’heure, il me reste à peine vingt minutes pour me préparer et arriver à temps en cours. Je réalise alors que je n’ai aucun moyen de m’y rendre. La veille, Isaac est passé me prendre au studio pour me conduire jusqu’ici à bord de la mythique Aston Martin de James Bond. Je vais récupérer mon portable sur la table de nuit pour essayer de joindre Lukas et lui demander s’il pourrait venir me chercher, quand je constate qu’Isaac m’a envoyé un texto. Le cœur battant, je l’ouvre.
    [Il y a une voiture pour toi dans le garage de la maison, les clés sont sur le contact. C’était une surprise, mais bon, passons. Isaac.]
    Je devrais être heureuse, c’est encore un cadeau, mais ni lui ni moi n’avions prévu que je le recevrais dans ces conditions. Il voulait certainement m’en faire la surprise après le petit déjeuner. Et puis notre dispute a bouleversé la donne. Plutôt qu’une voiture dans un garage, j’aurais mille fois préféré « Je viens te chercher, tu me manques ». Mais là, je rêve. Isaac est fier et je ne peux pas lui en vouloir d’avoir réagi ainsi. Si son message est aussi bref que froid, j’en porte l’entière responsabilité, je l’ai poussé à bout.
    [Merci, Isaac. Je suis désolée pour tout à l’heure, je m’en veux tellement. Je ne sais plus où j’en suis, c’est tout. Me pardonneras-tu un jour ? Je t’embrasse…]
    J’attends pour la forme une réponse qui, je le pressens, ne viendra pas. Je passe en vitesse sous la douche, m’habille en choisissant des dessous, un jean et un chemisier de soie parmi les vêtements qu’Isaac a pensé à installer dans le dressing ! Je me fais la réflexion qu’il a dû retourner dans cette boutique où il avait acheté la magnifique robe en soie pourpre.
    Jamais un amoureux n’a fait preuve de tant de prévenance à mon égard…
    J’avale un jus d’orange et croque dans l’une des viennoiseries disposées sur le plateau du petit déjeuner. Mais je n’ai aucun appétit. Je range mes affaires dans mon sac besace. Je regarde une dernière fois la chambre, la vue sublime sur le port de Yesterday, côté sud. Je sais que je ne reviendrai pas dans cette maison. Je ne me vois pas y vivre si c’est fini entre Isaac et moi.
    Je pense dans le même temps que je n’ai pas répondu au texto d’Ephrem. À vrai dire, je n’ai pas envie de me mêler de leurs affaires. C’est aux deux frères qu’incombe la responsabilité d’évoquer Savannah. Isaac et Ephrem doivent avancer ensemble. Ou pas. Comme je culpabilise néanmoins de rester silencieuse alors qu’Ephrem m’a sauvé la vie le jour où les sorcières m’ont attaquée sur le port de Yesterday, je décide de lui adresser un petit SMS.
    [Désolé de ne pas t’avoir répondu plus tôt. J’ai déconné avec Isaac. Pour Savannah, je pense que c’est mieux de vous voir tous les deux, d’arrêter enfin de faire la guerre. Je comprends ta douleur mais je ne peux rien faire d’autre. Ne m’en veux pas, Ephrem, j’ai besoin de faire le point. Lily]
    Dans le garage, la voiture qu’Isaac m’a offerte m’attend. Elle est rouge, rutilante, entourée d’un ruban blanc. Mon cœur se serre, j’ai vraiment tout gâché.
    Pardonne-moi, Isaac…
    C’est une Alfa Roméo Duetto Spider, un joli roadster des années soixante que j’adore depuis que j’ai vu Le Lauréat avec Dustin Hoffman et Anne Bancroft. Comment fait-il pour lire aussi bien dans mes pensées ? Je m’installe au volant, le cabriolet italien démarre au quart de tour et je mets le cap sur le centre de Yesterday en m’efforçant de contenir des larmes de tristesse et d’émotion mêlées quand je m’aperçois qu’Isaac a pensé à placer la cassette de la BO du film dans le vieil autoradio de l’Alfa. Les accords sublimes de Sounds Of Silence décollent vers le ciel d’un bleu profond.



  • Extrait
    Je vais te retrouver, Isaac…
    Cette pensée grandit en moi tandis que je me mords la lèvre jusqu’au sang, priant intérieurement pour que Kurt Epstein décroche son portable. Je bénis le ciel d’avoir pensé à demander à Isaac le numéro de mon professeur de biologie au cas où je n’arriverais pas à le joindre. J’ai bien fait mais n’imaginais pas m’en féliciter en de telles circonstances. En vain. Je suis seule dans la maison en cèdre rouge. J’ai beau essayer de me rassurer, tenter de minimiser en évitant d’imaginer le pire, rien n’y fait. Les effluves du parfum inhabituel qui flottent dans l’air ne cessent de me le rappeler.
    Je lutte de toutes mes forces pour ne pas céder à la panique. Mais les pierres de protection qui clignotent partout dans la maison menacent de me faire chavirer à tout instant. Et ce sentiment d’impuissance face à la situation me rend encore plus fragile. Ma vie sans Isaac perdrait tout son sens. J’efface immédiatement cette idée de mon esprit. Seules les paroles d’Elton John qui chante Candle In The Wind me portent et me laissent entrevoir qu’il existe peut-être une lueur, là-bas, tout là-bas, au bout du tunnel.
    La voix enjouée de mon professeur de biologie m’extirpe enfin de mes pensées.
    – Allô, Lily ?
    – Isaac a disparu ! attaqué-je d’emblée.
    – Comment ça disparu ? s’étonne Kurt Epstein.
    – Je me suis réveillée et il n’était plus là, Kurt. Il n’a pas laissé de mot et il…
    – Attendez, Lily, Isaac peut s’être absenté pour une raison ou pour une autre et…
    – Non, coupé-je. Euh, je suis désolée mais croyez-moi, Kurt, il lui est arrivé quelque chose !
    – Calmez-vous, Lily, insiste-t-il, nous ne sommes sûrs de rien pour l’instant. De plus, Isaac n’est pas du genre à se laisser faire, vous le savez aussi bien que moi !
    C’est justement ce qui m’inquiète terriblement. Je tourne sur moi-même, j’ai l’impression d’être un fauve en cage. Je ne trouve pas les mots pour alarmer Kurt qui conserve pour l’heure un sang-froid remarquable. Alors je comprends que j’ai oublié de lui dire l’essentiel pour le convaincre. Cette preuve irréfutable que quelque chose de grave s’est produit, qu’une ou plusieurs personnes indésirables se sont introduites dans la maison. J’aurais dû commencer par là !
    – Les pierres de protection clignotent, lancé-je.
    Un silence lourd s’ensuit qui me tétanise. Quand Epstein répond, sa voix est soudain plus grave.
    – Alors pour qu’Isaac disparaisse sans crier gare, on a dû lui lancer un sort d’une extrême puissance.
    – Il a sans doute été surpris, approuvé-je, et il n’a pas eu l’occasion de réagir.
    – Qu’est-ce qui vous fait dire ça, Lily ?
    Je regarde autour de moi et c’est d’une logique… imparable.
    – Il n’y a aucune trace de lutte dans la maison !
    J’inspire à fond tandis que Kurt soupire au bout du fil. J’entends presque le cliquetis des mécanismes complexes de son cerveau qui doit faire le point de la situation, puis j’ajoute pour meubler le silence et le faire réagir :
    – J’ai également reconnu le parfum de Judith Bastberg. Enfin… j’en suis presque sûre !
    – Bon, ne bougez pas, réplique-t-il aussitôt. Où êtes-vous exactement ?
    – Dans la maison en cèdre rouge, sur la corniche.
    – La casa miña linda ? s’informe Kurt.
    Mon cœur s’emballe, une vive émotion m’étreint.
    Isaac a donc baptisé la maison du surnom qu’il me donne !
    Les larmes me montent aux yeux tant il me manque cruellement à cet instant.
    – Lily, vous m’entendez ?
    – Euh, oui, c’est ça… La casa miña linda ! bégayé-je en m’appliquant à ne pas laisser transparaître mon trouble.
    – OK, j’arrive le plus vite possible, répond-il sans hésiter. Ne faites rien avant mon arrivée, d’accord ?
    – Oui, Kurt, je vous attends.
    Nous raccrochons. Je pose mon portable sur l’Inox du bar. Le bruit mat produit par ce contact un peu violent me fait sursauter. J’ai envie de pleurer, je suis perdue, j’ai peur. Je me prends la tête entre les mains. Je suis partagée entre l’abattement et la colère. Et je suis également rassurée à l’idée de bientôt retrouver Kurt Epstein. Je crois qu’il saura quoi faire. J’ai confiance en lui. Dans un petit quart d’heure, il sera là et nous déciderons de la conduite à tenir pour venir en aide à Isaac que nous aimons tant, chacun à notre façon.
    Je file vers la chambre pour passer un jean et un sweat-shirt.
    Et je reviens dans le salon pour me préparer un café très serré.



  • Extrait
    Une vive lumière illumine les quais du port de Yesterday. Il fait beau en ce lundi matin. Je m’étire dans mon lit et je repense à mon étrange week-end. Il s’est déroulé comme au ralenti. J’ai traînaillé le samedi à regarder la pluie à travers la baie vitrée tout en m’abrutissant de musique. J’ai essayé de joindre Wilma pour avoir de ses nouvelles mais elle restait injoignable. J’étais pourtant curieuse de savoir si les voix qu’elle entend depuis ma venue à Yesterday lui avaient encore parlé. Le soir venu, comme Lukas n’était pas libre pour boire un verre et que je n’avais pas envie de me retrouver encore toute seule au Blood&Food, je me suis préparé un plateau télé et je me suis plantée devant un film qui racontait une histoire abracadabrante mais assez drôle de vampires et de sorcières. L’une d’entre elles, particulièrement effrayante, ressemblait à Mara comme deux gouttes d’eau.
    Chaque fois qu’Isaac essayait d’entrer dans ma tête, je lui en interdisais l’accès en me mordant la lèvre inférieure. Parfois jusqu’au sang tant l’exercice était difficile à réussir. Le quitter est une chose, m’en tenir à cette décision en est une autre ! Mais j’ai la conviction que c’est le seul et unique moyen de le mettre à l’abri des sorcières et des Nobodies. J’ai donc tout essayé pour faire en sorte que le week-end passe le plus vite possible, m’occupant à diverses tâches et loisirs. J’ai même tenté de m’intéresser au livre sur les pierres mais la magie n’opérait pas. Il ne m’appelait pas comme à l’accoutumée, un peu comme s’il avait décidé de me faire des vacances.
    Ça paraît fou mais c’est ainsi que je l’ai interprété !
    Dans mon esprit ne dansait qu’un seul mot, un seul jour : lundi ! Cet instant tant attendu où je pourrais mettre enfin mon plan à exécution, à savoir obtenir les fameux plans d’urbanisation de Yesterday et ses environs à la mairie. Pour avancer dans mon enquête, obtenir toutes les réponses à mes questions et… retrouver Isaac au plus tôt. Les heures passaient parfois si lentement, d’une façon si désespérante, que j’ai même envisagé à plusieurs reprises de filer à moto jusqu’à la mairie pour y entrer par effraction ! Seule la certitude que cela ne pourrait que mettre la puce à l’oreille des sorcières m’en a empêchée. Il fallait agir discrètement et intelligemment.
    Dimanche, à la tombée du soir, j’ai lâchement décliné une offre de Lukas me proposant de boire un verre au Blood&Food, prétextant une grosse fatigue alors que j’avais tout simplement peur d’y croiser Isaac et de ne pas être capable de m’en tenir à ma décision. Sans compter que j’étais inquiète à l’idée que les sorcières puissent s’en prendre à Lukas maintenant que j’avais quitté Isaac.
    Je repousse ma couette et je bondis hors du lit tel un diablotin monté sur ressort. Je me sens en forme, prête à attaquer cette journée avec énergie. Je file sous la douche sans réfléchir, manque de m’ébouillanter en réglant le mitigeur qui n’a sans doute pas connu de service après-vente depuis des siècles, puis je me laisse aller sous la caresse du jet tiède. Ce moment du matin est important pour moi, j’en profite. Des idées étranges me caressent et je me surprends à glisser mes mains entre mes cuisses. Je me rends compte que je suis en passe de me donner du plaisir en pensant à Isaac, comme si cet espace clos et humide rempli de buée était un no man’s land où tout est permis. Mais même si j'en ai très envie, follement envie même, je dois à tout prix me concentrer sur ma mission première, à savoir récolter des infos à la mairie pour avancer dans mon enquête et tenter de retrouver l’emplacement où s’érigeait jadis l’Autel, ce fameux dolmen auprès duquel Savannah posait il y a vingt-cinq ans, juste avant de mystérieusement disparaître. Et pour ça, il me faut les plans du cadastre. Je prends donc sur moi pour résister au désir qui me rend déjà toute chose et je m’empresse de sortir de la douche. Je passe un peignoir et j’essuie la buée sur la vitre. Mon visage est plus reposé, mes yeux verts brillent d’un éclat particulier que je ne leur connaissais pas. Je me demande si c’est lié à ma transformation. Machinalement, je m’offre un sourire.
    On n’est jamais mieux servi que par soi-même !
    Je m’habille face à la baie vitrée en écoutant quelques morceaux d’une playlist d’Oasis. Je bois mon café en quatrième vitesse, me retiens de le cracher parce qu’il est presque froid. Pas le temps d’en faire un autre, la mairie ouvre ses portes dans cinq minutes et je suis trop impatiente. Je passe mon blouson de cuir, j’attrape mon sac, mon casque et je vais récupérer ma Harley.



  • La romance vampire la plus érotique du moment ! Vampire, érotisme, amour, haine et passion... Vous allez adorer ! Le vampire le plus sensuel que la Terre ait jamais porté saura-t-il aussi ravir votre coeur ? « Ils sont des centaines autour de moi devant cette immense pierre tant convoitée. Tous, au fil du temps, sont devenus des amis et de véritables alliés, prêts, comme moi, à laisser leur vie dans le combat qui va faire rage tout à l'heure. Mon émotion grimpe soudain d'un cran quand je couve du regard le sublime vampire qui s'approche du monument de granit. Des frissons me parcourent, les battements de mon coeur s'accélèrent. On dit que le danger aiguise parfois le désir et je suis en train de le vérifier... » L'agitation règne, les vampires et les sorcières cherchent à obtenir un immense pouvoir... et Lily Cooper, une jeune humaine, se retrouve malgré elle la clé qui permettra à la magie de déferler sur la ville. Tout se complique encore quand la jeune femme tombe sous le charme du fascinant vampire Isaac Shine. Soumise à son désir, Lily découvre la puissance de l'amour. Pourra-t-elle résister aux sortilèges de la passion et aux obstacles qui se dressent en travers de sa route ? Entre amour et destinée, quels choix fera la jeune Lily ? Plongez dans une histoire envoûtante où Lily et Isaac Shine, l'alchimiste multimilliardaire, vont découvrir malgré eux que l'amour peut être la plus puissante des magies ! Vous trouverez réunis les volumes 1 et 2 de la série.

empty